Libérééeee, délivréééeee !

Celles et ceux qui me connaissent et/ou me suivent sur Facebook, ont certainement pu remarquer que j’étais dans une phase « révolutionnaire » (oui, c’est ma petite révolution à moi :p) de tri. Je donne ou revend régulièrement des objets ou vêtements ne me servant plus.

Ce processus a commencé par un ras le bol de l’Homme (amplement justifié), fatigué de devoir déplacer tant de choses pour nettoyer. Puis j’ai commencé la lecture de blogs divers (notamment ici), de filles me paraissant hyper organisées avec des intérieurs épurés et minimalistes, du genre trop beau pour être vrai. Mais petit à petit, l’idée a fait son chemin. Je me suis dit que, même si je n’arrivais pas à un intérieur minimaliste de magazine déco, il y avait certainement moyen de faire mieux. Je n’ai pas fait de photo avant, mais je vous assure que l’après est mieux!

have nothing

« N’ayez rien dans votre maison que vous ne trouviez ni utile, ni beau. »

Mes motivations principales :

  • Retrouver un peu d’espace dans notre petit appartement, partagé avec l’Homme et 2 lapins.
  • Limiter considérablement le temps passé à ranger et à nettoyer (franchement, on a bien mieux à faire dans la vie !)
  • Ne plus culpabiliser en voyant tous les jours ces objets/appareils/vêtements représentant de grosses erreurs de jugement au moment de l’achat : vous savez ces trucs achetés bien chers, on se dit que ça va être merveilleux et puis en fait … non.
  • Un déménagement étant à prévoir dans un futur moyennement proche, diminuer ce qui devra être transporté.
  • Éventuellement récupérer un peu d’argent de la vente de certains articles (réinvesti dans le remplacement de certains objets par des alternatives plus durables).

Les + auquel je ne m’attendais pas :

  • (je l’avais lu, mais je m’était dit que c’était des trucs de magazine pyscho féminin prout prout) : je me suis sentie LIBEREE (délivréééééeee) ! Comme si toutes ces choses inutiles, je les avais portées sur mes épaules jusque-là, et que, d’un coup, ce poids s’envolait.
  • Le fait de voir plus clair dans ce que je possède me permet de mieux considérer mes besoins et de ne plus acheter sans réfléchir. Ça me fait donc économiser de l’argent. Je veille à acheter moins mais de bonne qualité. Peut-être avez-vous déjà entendu l’adage « Je ne suis pas assez riche pour acheter bon marché. » Je mesure mieux encore son sens depuis que j’ai dû jeter quantité d’articles de piètre qualité (moi qui croyais pourtant être attentive sur ce point …).

Cela ne fait que quelques années que je me suis installée avec l’Homme (après avoir quitté papa/maman), et le volume accumulé est déjà conséquent. Je n’ose imaginer si j’avais continué sur ma lancée encore quelques années (je dis « je » car je suis la principale responsable de cette accumulation, l’Homme est beaucoup plus raisonnable). J’ai commencé à désencombrer sérieusement il y a un peu moins d’un an, et je continue à trier très régulièrement. C’est progressif. Il y a certaines choses que j’aurais été incapable de donner/vendre/recycler/jeter il y a quelques mois, mais avec le temps j’évolue.

Voici ci-dessous un petit inventaire de ce que j’ai déjà éliminé :

Dans la cuisine

J’ai éliminé, de manière générale, tout ce que je trouvais moche et pas vraiment utile/pratique.

  • La vaisselle dépareillées/ébréchées ou ne correspondant pas au style du reste de ma vaisselle (j’en ai amené certains au travail, où on manquait de ce genre de choses). J’ai conservé un « service » d’assiettes pour tous les jours, et un autre pour quand nous recevons (l’Homme n’aime pas l’idée d’utiliser le « beau » service tous les jours, il le trouve moins pratique, sinon je n’aurais conservé que celui-là).
  • Les ustensiles en multiples exemplaires : je n’ai conservé que le plus solide, le plus pratique et celui ne contenant pas de plastique.
  • Les couteaux ne coupant plus et ne pouvant être aiguisés. De manière générale, on n’a pas besoin de 36000 couteaux de cuisine, il vaut mieux en avoir 2 (ou le nombre de personnes susceptibles de cuisiner en même temps) qui soient bien entretenus et coupent bien.
  • Les nombreuses boîtes style « Tupperware » en plastique : je n’en ai gardé que quelques unes (celles en meilleure état) dans l’attente de toute les remplacer par des contenant en verre.
  • Les électro-ménager dont je ne me servais pas, ou pas suffisamment. J’ai placé le seul robot conservé sur le plan de travail pour l’utiliser plus régulièrement et plus facilement. Ma balance de cuisine est également sur le plan de travail, ce qui me permet de l’utiliser quotidiennement pour préparer la bonne quantité de féculents par exemple (et ne pas devoir jeter l’excédent).
  • Les poêles Tefal abîmées ou usées qui nous contaminent à chaque utilisation (à moyen terme, le Téflon disparaîtra carrément de la cuisine).
  • Les emballages des aliments : je conserve tous les aliments secs (pâtes, riz, semoule, quinoa, nouilles, farine, sucre, pois chiches, noisettes, amandes, graines, …) dans des bocaux en verre (idéalement, j’essaie d’acheter ces aliments en vrac), exposés sur une étagère : ça me permet de voir à tout moment ce que j’ai dans mon placard et d’être plus inventive lors de la préparation des repas. C’est à la fois pratique et esthétique.
  • Les aliments périmés se trouvant au fond des placards. J’ai réorganisé les provisions de manière à consommer rapidement ceux qu’il me reste. A l’avenir, j’éviterai d’accumuler des quantités importantes d’aliments que je consomme peu.
  • Dans le tiroir à brol (on en a tous au moins un, le mien se trouve dans la cuisine) : les bics ne fonctionnant plus, les bidules de provenance inconnue, … – J’ai réorganisé celui-ci en y conservant les choses utiles à avoir sous la main : le bloc note, la lampe de poche, le papier collant, les étiquettes, les modes d’emploi utiles (pour que l’Homme sache comment détartrer correctement la cafetière par exemple), …
  • Sous l’évier : j’ai trié les détergents et produits d’entretien pour m’en tenir au minimum (voir article Grand nettoyage de Printemps)

Dans la garde-robe

Notre garde-robe déborde de vêtements et pourtant nous n’avons rien à nous mettre ! Je ne pense pas être la seule à avoir ressenti ça.  Il y a tellement de choses que ce qui est beau et nous va bien est noyé sous le tas des autres vêtements qu’on n’aime pas/plus. Je portais régulièrement les mêmes vêtements basiques et qui ne m’allaient pas si bien que ça, tout simplement parce qu’ils étaient au dessus de la pile et qu’il étaient pratiques. J’en étais au point ou je stockais mes vêtements hors saison dans le grenier de chez mon père (je passais chaque fois une demi-journée à faire l’échange de garde-robe), vu que je n’avais pas suffisamment de place dans mon appartement (ne parlons pas de ma garde-robe), pour stocker l’intégralité de mes vêtements. Tout cet espace et ce temps perdu …

J’ai donc progressivement éliminé les vêtements trop petits, trop grands, délavés, tâchés, troués, dont je me suis lassée, qui ne me vont pas bien (me font de grosses fesses/de petits seins/un gros ventre/un teint de cadavre), dans lesquels je ne suis pas à l’aise, que je n’ai jamais l’occasion de porter, dont je possède deux pièces presque identiques (j’ai constaté avec horreur que c’était le cas) …

J’ai vendu les vêtements de bonne qualité et en très bon état, j’en ai donné d’autres à des amies, la Croix Rouge, Oxfam, … Ceux qui étaient abîmés/troués, je les ai mis à la bulle à vêtements où ils pourront notamment être recyclés comme isolant.

Petit à petit j’ai pu éliminer comme ça plus de 50% de ma garde-robe (c’est fou ce qu’on peut garder sans raison), et le comble c’est que j’ai beaucoup plus de plaisir à choisir mes tenues, j’ai réellement la sensation d’avoir plus de vêtements. Comme vous pouvez le voir sur la photo, il y a quand même encore pas mal de boulot avant d’arriver à une garde-robe minimaliste 😉

J’ai fait le même tri au niveau des chaussures, mais il s’est avéré plus difficile (je suis une grande accro). Il m’en reste encore trop, le processus n’est pas fini.

DSCF1378

Dans la salle de bain

  • Les essuies-éponges : je n’ai conservé que 2 grands et 2 petits essuies par personne, idem pour les gants de toilette. En plus de ça, j’ai conservé 2 essuies de plage/piscine. Les essuies tâchés ou abimés ont été recyclés en chiffons.
  • Les cosmétiques : j’ai éliminé tout ce qui était ouvert depuis très longtemps et pas/très peu utilisé, ce que je n’aime plus ou ce qui ne me convient plus. J’ai aussi limité le nombre de rouges à lèvres, vernis et fards à paupière à ceux que j’utilise le plus souvent. J’ai donné ce qui pouvait l’être et jeté le reste.
  • Les accessoires à cheveux : je me suis limitée à une brosse et 2 peignes (un à dents larges et l’autre à dents fines). J’ai éliminé les élastiques, pinces et épingles à cheveux qui me font ressembler à une gamine de 12 ans.
  • J’ai regroupé tout ce qu’il restait en maquillage, cosmétique et accessoire à cheveux au même endroit (je ne sais pas vous mais moi j’en avais un peu partout), dans l’armoire au dessus de l’évier, de façon à avoir un aperçu de tout en un coup d’œil. Ça m’aidera à terminer ce qui est entamé et à encore diminuer le stock (je sais que je peux encore mieux faire).
  • Les savons et shampoings : j’avais plusieurs shampoings entamés en même temps. Je les ai vidé progressivement jusqu’à ne plus en avoir qu’un seul à la fois (ça suffit largement et ça débarrasse de l’espace dans la petite douche). Pour les savons, je suis encore en train d’en terminer et souhaiterait me limiter à un seul également.
  • J’ai enlevé tout ce qui était déco inutile (poussière et salle de bain, ça ne fait pas bon ménage). Ce qui décore est utile : beaux paniers à linge sale, panier à pince à linge, horloge, boîte à cotons démaquillant, rideau de douche (en tissus lavable), belles serviettes et beaux essuies de bain, …

 2D2B25942D2B2597

Dans le reste de l’appartement (et les annexes)

  • Meubles inutiles, peu pratiques ou carrément moches.
  • Déco inutile et/ou moche et/ou vraiment trop difficile à nettoyer.
  • Les cadeaux reçus, tombés à côté (pas de scrupules, l’attention était bien gentille, mais il n’y pas de raison de vous obliger à vivre avec ces choses qui vous encombrent – et acceptez que d’autres fassent de même avec vos cadeaux, tout en essayant d’éviter que ça arrive – voir article Overdose de cadeaux ).
  • Cartes postales : j’ai trié celles que je souhaitais conserver, je les ai scannées et classées. Je conserve celles qui sont suffisamment jolies pour servir de décoration murale.
  • Nappes, serviettes, set de tables : j’ai trié ce que j’étais certaine de ne plus utiliser (même lorsque nous changerons de table de salle à manger)

Notre appartement étant petit, nous avons stocké pas mal de choses chez nos parents respectifs. De manière générale, on peut considérer que presque tout ce qui s’y trouve (depuis plusieurs années) ne nous est pas utile (puisqu’on n’a jamais dû aller les rechercher). Si on désencombre son intérieur, il n’y a pas de raison de continuer à encombrer inutilement l’intérieur de nos parents.

  • Vêtements de tous âges, déguisements : donnez ce qui peut l’être et jeter le reste.
  • Cours et livres d’école : un bon tri est nécessaire, peut-être n’y a t-il même rien à garder à part les diplômes.
  • Cartables, plumiers, bics, crayons de couleur, pinceau, gommes, peinture, craies, … : Donnez ce qui peut l’être et jetez le reste.
  • « Créations artistiques » : faites un tri dans vos dessins, bricolages et gribouillages. Vous pouvez photographier ou scanner certaines pièces avant de vous en débarrasser.
  • Jouets et peluches : peut-être voudrez-vous en conserver 2-3 pour vos futurs enfants, mais il en voudra certainement d’autres, plus en accord avec son temps et les jouets des autres enfants. Donnez ce qui peut l’être et jetez le reste

Depuis que j’ai commencé cette démarche, j’analyse aussi scrupuleusement ce qui entre chez moi (achat ou don) en me demandant si j’en ai réellement BESOIN.

J’en ai retiré notamment cette certitude : Si tu choisis du mobilier et des ustensiles de qualité, esthétiques, confectionnés dans de beaux matériaux, cela suffira a rendre ta maison agréable. Tu peux donc diminuer considérablement le nombre d’objets déco risquant d’encombrer ta maison inutilement, tout en limitant ton impact sur l’environnement.

Vu tout le bien que ça m’apporte, je ne peux que vous encourager à faire pareil !

Et, si vous ne le faites pas pour vous, pensez à ceux qui devront trier vos affaire après votre départ, tentez de ne pas leur rendre la tâche plus difficile qu’elle ne l’est déjà…

 

Pour aller plus loin, petits conseils lectures :

  • Un petit article de Clémentine la Mandarine à ce sujet 🙂
  • Je vous conseille aussi cette lecture inspirante : le livre « Zéro Déchet » de Béa Johnson (et son blog Zero Waste Home). Ce livre axé sur l’objectif du Zéro Déchet évoque aussi le passage obligé qu’est le désencombrement de sa vie (c’est d’ailleurs un désencombrement qui est à la base de sa réflexion).
Publicités

8 réflexions sur “Libérééeee, délivréééeee !

  1. kellyac dit :

    J’ai la meme balance de cuisine! (Désolée pour ce commentaire inutile)
    Je suis dans la meme optique de désencombrement et j’ai aussi commencé avec Zéro déchet. Je suis ravie d’Avoir découvert ton site. Tu me donnes de bonnes idées pour continuer mes avancées.

    J'aime

  2. Pingback: En cuisine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s